objet connecté accueil publuc

Outils connectés, les vétérinaires sont-ils accueillants?

Les objets connectés s’implantent de plus en plus sur le marché. Outils d’aide pour les professionnels et les particuliers, ils offrent la possibilité d’avoir en quelques clics des données plus précises et plus objectives.

Néanmoins, le vétérinaire reste l’interlocuteur indispensable du propriétaire de l’animal, notamment dans le choix de l’objet connecté, dans l’analyse et l’explication des données recueillies et enfin dans les recommandations issues de l’interprétation de ces données.

Outils connectés pour vétérinaires, comment sont-ils sélectionnés ?

Ekico : Kélig, en tant que chef de produit chez Centravet, comment et sur quels critères sélectionnez-vous les objets connectés que vous intégrez à votre catalogue ? Proposez-vous de plus en plus d’outils connectés à vos vétérinaires ? Si oui, comment sont accueillis ces nouveaux systèmes ?

Kelig Mahé : En tant que chef de produit, la fiabilité est le premier critère que je recherche pour les objets connectés destinés aux espèces rurale, équine et canine. Les dispositifs connectés doivent être solides, fiables et surtout adaptés aux besoins de nos clients vétérinaires dans leurs pratiques au quotidien. Ensuite, ces objets doivent proposer un excellent rapport qualité/prix et donc rester accessibles à la majorité de nos clients puisque nous souhaitons la diffusion de cette aide de la façon la plus large possible. 

Ekico : Comment et sur quels critères sélectionnez-vous les objets connectés que vous intégrez à votre catalogue ? Proposez-vous de plus en plus d’outils connectés à vos vétérinaires ? Si oui, comment sont accueillis ces nouveaux systèmes ?

Kelig MahéL’accueil de ces nouveaux outils d’aide au diagnostic est encore timide auprès de notre clientèle vétérinaire car leur fiabilité est souvent remise en cause. En outre, beaucoup de nos clients méconnaissent encore la valeur ajoutée de ces nouveaux outils thérapeutiques. Heureusement, de plus en plus de conférences sont organisées sur cette thématique – il en est d’ailleurs de même pour la télé-médecine – et je pense que nos clients vétérinaires seront de plus en plus nombreux à l’avenir à s’intéresser à ces nouveaux outils et méthodes de travail connectés.

Sources : connect-object.com, phonandroid.com

Nouveaux outils : entre confiance et défiance

objet connecté accueil publuc

Ekico : Vous mentionnez que les vétérinaires semblent avoir peu confiance en la fiabilité des produits. Comment l’expliqueriez-vous et quelles seraient les solutions pour y remédier ?

Kelig Mahé : Je pense que la majorité des algorithmes utilisés par ces nouveaux objets connectés est issue de la médecine humaine et n’est pas toujours parfaitement adaptée à la médecine vétérinaire de par ses données de corpulence, d’activité, etc. L’enjeu de la fiabilité est de fait au cœur des préoccupations fabricants, des associations et des distributeurs. Chacun d’entre eux a un rôle de prescription et d’enseignement à apporter sur les bénéfices de la médecine vétérinaire 2.0.

Interview et article rédigés par Lorène Faucompré

Blog: Air Showjumper

Suivi et analyse de la locomotion

Retrouvez sur notre boutique en ligne tous les outils et technologies pour vétérinaires équins.​
Nouveau

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

À la une

Articles Similaires