Spécialisé dans le suivi du cheval de sport – notamment de dressage –, Pierre Martinuzzi a accepté de nous indiquer comment il prend en charge les chevaux souffrant de problèmes de pied courants, bénins ou non, et nécessitant parfois le concours d’un vétérinaire.

La rétroversion de P3

Souvent associée aux pieds plats (chez le Pur-sang, par exemple), la rétroversion de P3 fait également référence à l’angle palmaire/plantaire négatif. La phalange distale (P3), qui se trouve dans la boîte cornée, respecte une légère inclinaison dans une position dite « normale ».

Cette valeur est établie par les examens réalisés par le vétérinaire référent en charge du suivi du cheval et peut varier d’un cheval à l’autre. Elle peut par exemple dépendre de nombreux facteurs : mode de vie du cheval, activité, historique, conformation, etc.

Sur une radiographie, un angle considéré dans la normale pour P3 (angle formé entre le bas de P3 et la sole) se situe généralement entre ~4 à ~7 degrés. Vu de l'extérieur, un angle de pince considéré dans la normale se situe généralement entre 47 et 53°. Comme mentionné ci-dessus, ces valeurs indicatives doivent être adaptées et contextualisées pour chaque cheval par des professionnels habilités.

Cette dernière phalange peut néanmoins avoir également un positionnement anormal de manière innée, comme dans le cas d’une malformation type pied bot par exemple, ou acquise dans les cas de pathologies comme la fourbure. Ces positionnements anormaux ont des répercussions sur la locomotion du cheval et peuvent provoquer douleurs et boiteries. Dans le cas de la rétroversion de P3, vétérinaires et maréchaux constatent à la radio que l’angle devient négatif. L’angle de la dernière phalange peut descendre sous l’horizontal dans certains cas !

Légère inclinaison de P3
P3 parallèle au sol
Pied plat vue externe
Pied plat vue externe avec mesures

À l’inverse, la troisième phalange peut fortement basculer et avoir un angle beaucoup trop élevé, notamment dans les cas de fourbures, par exemple.

Fourbure vue externe & interne avec basculement de P3

Le mot du professionnel avec Pierre Martinuzzi :

« Dans les cas de rétroversion de P3, la collaboration entre le vétérinaire et le maréchal-ferrant devient indispensable. Les radios de pieds et leurs analyses permettent de parer aux millimètres près pour rectifier l’angle de P3.

En termes de ferrure, je réalise généralement un fort rolling sur la rive externe du fer, de mamelle à mamelle, pour les chevaux avec un angle palmaire négatif. Le recul du fer permet de ne pas freiner le départ du pied, de diminuer le breakover et de favoriser la repousse des talons en limitant leur surcharge. La pince est donc plongeante dans ce type de configuration.

Sur certains chevaux, l’ajout d’un silicone de support avec plaque en cuir est une aide supplémentaire. En tant que maréchal, la difficulté sur ce type de chevaux avec une rétroversion de la troisième phalange est d’estimer la quantité de corne qui peut être enlevée au parage.

L’enjeu est de ne pas trop retirer de pied car cela peut facilement provoquer de l’inconfort pour le cheval. Dans ce type de cas, travailler avec des paramètres chiffrés comme Metron est une réelle aide pour les professionnels ».

Fourbure avec basculement de la troisème phalange (P3)
Pied plat vue externe et interne

Les seimes

La seime est provoquée par une mauvaise répartition des charges sur la boîte cornée. Elle se manifeste par un éclatement de la corne en superficie mais peut également atteindre les tissus mous. Dans les cas où la corne se fissure jusqu’à la couronne, le cheval peut ressentir de vives douleurs car, en mouvement, les tissus mous peuvent se coincer entre les tissus durs et engendrer de douloureux pincements à chaque foulée.

 

Les sabots peuvent être atteints par différents types de seimes. On distingue notamment la seime de pré de la seime quarte. La seime de pré part généralement de la sole et est souvent due à la négligence des propriétaires qui ne font pas régulièrement parer leurs chevaux. La pousse excédentaire de corne éclate tout simplement au fur et à mesure du temps ! Par chance, la seime remonte rarement jusqu’à la couronne car la corne ne casse pas, du fait de sa dureté. Ce type de seime a donc généralement peu d’incidence pour le cheval.

Seime de pré
Seime de pré

La seime quarte, quant à elle, part majoritairement du milieu du pied et touche les chevaux qui sont régulièrement suivis. Celle-ci peut être engendrée par un mauvais ferrage mais sa cause première résulte d’une mauvaise répartition des charges sur le pied concerné, par exemple dans les cas de compensations.


Pour divers facteurs, un cheval peut être amené à surcharger un pied plus que l’autre. Dans ce cas, une seime peut apparaître au niveau de la partie la plus fragile du pied surchargé. Cette zone s’étend généralement de la fin des mamelles jusqu’aux talons.

Seime quarte
Seime quarte

Le mot du professionnel avec Pierre Martinuzzi :

« L’enjeu pour les sabots présentant une seime est de diminuer le surplus de charge sur la zone concernée. Le suivi de l’évolution de la boîte cornée est dans ce cas obligatoire. En termes de soin, le cavalier/propriétaire a malheureusement un champ d’action relativement limité en dehors d’une surveillance au quotidien du cheval et de prévenir son maréchal référent si la seime vient à remonter vers la couronne.

Pour régler le problème, c’est principalement au maréchal-ferrant d’œuvrer pour améliorer la répartition des charges sur l’ensemble du sabot. Les paramètres du pied doivent être surveillés avec la plus grande précision afin de s’assurer que les charges et la hauteur de talon n’augmentent pas, notamment pour les chevaux avec une morphologie de pied dite en “boîte de conserve”. Le professionnel peut avoir recours à plusieurs stratégies pour gérer les seimes, empêcher qu’elles ne s’aggravent et apporter du confort au cheval. »

 

En ayant recours par exemple à la suppression d’appui (voir photos ci-dessus), la zone atteinte de la seime se retrouve alors dans le vide pour éviter toute charge. « Biseauter en sifflet dans la région basse du pied va également permettre de supprimer une partie de l’appui et de diminuer la pression exercée sur la zone atteinte par la seime. Une méthode efficace consiste également à agrafer le pied quand cela est possible. Les agrafes limitent l’écartement de la paroi, empêchent l’ouverture de la seime et freinent sa propagation vers la couronne. Les mauvaises répartitions des charges déséquilibrent le pied dans sa globalité et ont de fortes répercussions néfastes sur le bien-être et la performance de l’équidé. »

Agraphes pour la gestion d'une seime
Agraphes pour la gestion d'une seime

En tant que maréchal, la difficulté est de réorganiser la répartition des charges sur le pied sans entraîner de report trop important sur une autre partie du pied. Le professionnel cherche donc à garder le sabot le plus plat possible sans que P3 ne s’affaisse d’un côté ou de l’autre. Les radios de pied sont dans ce cas d’une aide extrêmement précieuse pour s’assurer que la troisième phalange ne s’affaisse ni médialement ni latéralement.

Répartition des charges & compensations
Répartition des charges & compensations

Les mesures de Metron permettent une grande précision pour surveiller l’orientation de P3 dans la boîte cornée, que ce soit vers l’avant, l’arrière ou sur les côtés. Ce niveau de détail permet de se rendre compte rapidement des premiers millimètres d’affaissement et de réagir le plus promptement possible avant que la situation ne devienne trop grave pour le cheval.

Cet article a été réalisé en association avec Pierre Martinuzzi, maréchal-ferrant spécialisé dans le suivi du cheval de sport et la collaboration avec les vétérinaires en Île-de-France.

Retrouvez toute son actualité sur sa page Facebook.

Suivi et analyse des pieds

Retrouvez sur notre boutique en ligne tous les outils et technologies dédiés à l'orthopédie équine.
Nouveau

Partager :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

À la une

Articles Similaires

Cas clinique : Angle palmaire négatif

Le métier de maréchal-ferrant par Pierre Martinuzzi

Vocation, remise en question, solidité physique et mentale… Les métiers liés aux soins des animaux mélangent souvent passion et endurance face aux réalités sur le terrain. Nous avons interrogé Pierre

Lire plus »
Cas clinique : Fourbure

Cas de fourbure grave

Focus sur la réhabilitation de la fourbure grave suite à un cas de lymphangite sévère. Un sauvetage réalisé grâce à la collaboration entre maréchal-ferrant et vétérinaire équin. Alimentaire, infectieuse, mécanique…

Lire plus »
Cas clinique : Aplombs

Prévenir plutôt que guérir en maréchalerie

Tour d’horizon sur l’intérêt de la documentation et des assurances en maréchalerie. Parmi nos utilisateurs maréchaux équipés des technologies de suivi du cheval, la possibilité de pouvoir échanger sur la

Lire plus »